Accueil Critiques de bandes dessinées Revue du cimetière par Erik Kriek

Revue du cimetière par Erik Kriek

0
Revue du cimetière par Erik Kriek


The Well de cARTEm Comics, est le deuxième roman graphique d’Eric Crick, qui raconte une histoire fascinante et mystérieuse dans les forêts hollandaises.

Eric Crick dans son premier roman graphique : The Exile, également publié chez cARTEm Comics, mais dans ce deuxième roman graphique, The Grave, quitte le Xe siècle pour raconter une histoire contemporaine aux Pays-Bas, lieu de naissance de l’auteur.

« J’ai essayé de vous prévenir ! C’est trop tard maintenant! Personne ne peut t’aider…”

Makda

Les Murder Ballads de cet auteur constituent un genre unique, à la fois antérieur et ultérieur, comme il l’a montré avec brio dans ses séries précédentes. Une idée de ce qui pourrait se développer derrière le couvert de la tombe.

Mystère dans les forêts de Velue

Huub et Sarah Kuider forment un couple qui a quitté la ville d’Amsterdam et vit à la campagne, où Huub a hérité d’une maison familiale appartenant à son oncle. Tous deux sont d’excellents employés, Huub un architecte possédant une vaste expérience et Sarah une artiste présentée dans une superbe galerie. Après la mort de leur fils Reuben, ils ont décidé de déménager et d’essayer de reconstruire leur vie.

Pour faire face à la perte de son fils, Hub est dans un refuge pour travailler, mais Sarah ne peut pas reprendre les pinceaux en raison de son manque de créativité. La paix est d’ailleurs constante à Oldenhove, entourée des majestueuses forêts, chênes et bouleaux qui composent la Veluwe.

À l’arrière de la nouvelle maison, le couple trouvera des arbres à l’écorce sculptée, où apparaîtront des runes et autres symboles qui attirent l’attention des époux. On trouve également des cahiers et des notes écrites par l’arrière-grand-père de Huub sur la restauration de la maison, avec des symboles et des textes similaires en islandais.

« À son insu, le temps a passé. Ces cahiers de ton grand-oncle sont incroyables… »

Sara Kuylder

La consternation des voisins à propos de leur propriété, lorsque Magdalena lance des malédictions et des cauchemars sur Sarah, lui fait peur et elle croit que cela vaut la peine de rejoindre sa nouvelle maison. À partir de ce moment-là, des événements inexplicables commencent à se produire et le mystère et la tension règnent dans l’atmosphère, provoquant une tempête de situations désastreuses dans la vie de Sarah et Hub.

L’auteur

Eric Crick, comme dans le roman graphique précédent, fait tout le travail artistique de The Tomb, accomplissant un travail incroyable, à commencer par la couverture. Sur la couverture, en complément de l’illustration ultérieure, vous pourrez comprendre le mystère que raconte l’histoire, le secret caché dans la forêt avec l’actrice principale Sarah.

Le scénario de Crick suit une série de flashbacks qui expliquent lentement le mariage et la mort de Reuben au début de sa vie. Ici, les personnages secondaires et leur relation avec les personnages principaux sont également montrés, ce qui montre leur compréhension du couple et leur relation avec eux.

Le développement profond des personnages nous permet de créer une histoire mystérieuse avec de nombreuses stratégies d’horreur psychologique car… qu’est-ce que l’horreur qui se voit mais ne se voit pas ? De cette façon, l’action est racontée, présentant les intrigues qui augmentent le mystère, même lorsque le brouillard des soupçons commence à se répandre dans la forêt.

Cartem Comics, BD européenne, roman graphique, thriller, VelueCartem Comics, BD européenne, roman graphique, thriller, Velue

La photo de l’auteur est très impressionnante, il met en valeur ceux qui lui sont proches, mais sans ignorer le background de Vint. Chaque personnage possède des caractéristiques bien définies qui les distinguent, mais leurs actions sont fortement exprimées. Leurs personnages expriment leurs sentiments et les transmettent directement au lecteur, qui souffre, se calme ou s’affole, selon la violette dont ils sont.

Le fond des vignettes n’est pas négligé et les forêts, au lieu d’être calmes, témoignent d’un certain repos malgré la beauté du paysage forestier. La forêt est représentée comme de véritables “arbres dansants”, Speulderbos – près de la ville néerlandaise de Garderen -, en raison de la forme sinueuse des troncs sur lesquels se trouvent plusieurs grands champignons elfenbankjes – sièges de fées.

Cartem Comics, BD européenne, roman graphique, thriller, VelueCartem Comics, BD européenne, roman graphique, thriller, Velue

Le coloriage et la couleur rehaussent cette œuvre d’Eric Crick, définissant le crayon et le tirant avec la palette choisie par l’auteur. Dans ce roman graphique, les tons ocres accompagnés de tons nocturnes sombres sont prédominants, créant une atmosphère automnale très adaptée à Fossa.

Les couleurs les plus associées à l’automne sont les oranges, les rouges, les jaunes et les bruns, car la couleur saisonnière des feuilles change à mesure que les températures baissent et que la lumière du jour diminue. Se terminant à l’équinoxe d’hiver, un coucher de soleil progressif, ici accompagné de couleurs comme le noir ou le vert nuit, correspond à l’histoire que développe l’auteur.

Cartem Comics, BD européenne, roman graphique, thriller, VelueCartem Comics, BD européenne, roman graphique, thriller, Velue

Les tons cacahuètes évoquent des émotions fortes, car ils peuvent rapidement attirer l’attention du lecteur, en raison du paradoxe de l’apparition de couleurs chaudes et douces, mais provoquent souvent de la fatigue et une fatigue visuelle, ainsi que la caractéristique de créer du matériel associé. Lieu. Terrestre. Dans la cosmologie de la Grèce classique et de Rome, ainsi que dans d’autres régions du monde comme le Mexique, l’ocre signifiait la vie divine et nouvelle.

A travers cela, Eric Crick utilise la couleur rouge de manière ambiguë, montrant le bonheur et le danger. Utilisez l’orange comme énergie vitale, créativité. Noir, représentant le mystère et la magie. Les tons violets, une couleur puissante créée à partir de la combinaison du rouge et du bleu, les relient à l’histoire protestante d’Oncle Hub, car ils représentent la sagesse et l’amour, similaires à leur couleur principale.

Version amusante de CARTEM.

La maison d’édition CARTEm a publié La Fossa dans un volume de 148 pages, avec une couverture rigide et un format de 21 x 28,5 centimètres, qui permet au lecteur de profiter de l’intégralité de l’œuvre d’Eric Crick ; Traduit par Irène de la Torre.

The Well de cARTEm Cómics est une excellente lecture, avec le merveilleux Eric Crick sous tous ses aspects, qui permet au lecteur de se plonger dans une histoire mystérieuse qui mérite d’être relue plus d’une fois, car les personnages ne sont peut-être pas ce qu’ils semblent être . , ou soyez aussi clair que vous le pensez. En fait, la conclusion de l’ouvrage est apothéoétique, car elle permet de révéler un mystère inhabituel comme inhabituel, après tout, Crick est passé maître dans l’art de raconter des ballades et de raconter au lecteur dans son œuvre Fijne dag verder ! -Passe une bonne journée!-.

Couvrir le puits Eric CreekCouvrir le puits Eric Creek

Le puits

Un thriller psychologique avec des éléments surnaturels

Au cœur des forêts denses et mystérieuses de Velue, Hub et Sarah Cuylers se lancent dans un voyage émotionnel après avoir perdu leur fils Reuben dans un accident de la route.

Composé d’un architecte et d’un artiste, ce couple cherche un nouveau départ loin du cycle de douleur qui a consumé leur vie. Leur choix de refuge est une relique de leur défunt oncle qui leur promet un sanctuaire de paix et de reconstruction.

Cependant, les perspectives de stabilité sont rapidement éclipsées par des secrets et des tensions cachées. En concentrant son énergie sur l’aspect pratique du travail et du mouvement, Hub tente de créer un sentiment de normalité. Sarah, quant à elle, est dans une lutte constante pour retrouver le chemin de la lumière, une bataille qui l’amène à trouver un livre manuscrit rempli d’écrits et de symboles incompréhensibles.

Ces marques, ainsi que les étranges marques sur les hêtres environnants, suggèrent que des forces inconnues se cachent dans l’ombre de leur nouvelle maison.

Au mystère s’ajoute l’apparition d’une vieille femme qui met en garde contre des entités sombres vivant dans les bois, un avertissement que Sarah choisit d’ignorer en partie à cause de sa lutte intérieure et de sa décision d’arrêter de prendre des médicaments. Ce choix déclenche une série de visions (ou hallucinations) qui brouillent la frontière entre réalité et horreur psychique, entraînant le couple dans un abîme de méfiance et de peur.

Entre le duel et les ombres

Avec une touche contemporaine affirmée et situé dans le cadre insolite du Dutch Velue, il se nourrit d’une atmosphère rappelant les œuvres de HP Lovecraft.

À travers le récit surnaturel du désespoir humain, une tension monte qui interdit les révélations directes, laissant le lecteur constamment agité. L’obscurité est présentée non seulement dans le sujet mais aussi dans le style visuel adopté par Eric Crick, dont les pages sont remplies d’ombres et d’images qui évoquent un sentiment d’effroi.

Cette histoire, plus qu’une simple histoire d’horreur, devient une étude du chagrin, de la persévérance et de la nature indomptable de l’esprit humain face à des obstacles inconnus. À travers les yeux de Hub et Sarah, nous sommes confrontés à la question de savoir s’il est possible de trouver la lumière au milieu des ombres profondes.

Avec des éléments rappelant « Twilight Zone », il nous invite à réfléchir aux mystères qui nous entourent, suggérant qu’il peut y avoir des vérités qui restent inexplorées. C’est une exploration poignante de la perte, de l’amour et de la recherche de l’espoir. Alors que la frontière entre réalité et paranormal s’estompe, nous nous rappelons le pouvoir et le coût potentiel d’affronter des mystères dépassant notre compréhension.

0:00
0:00