Accueil Critiques de bandes dessinées Revue Mezkal par Kevan Stevens et Jeff

Revue Mezkal par Kevan Stevens et Jeff

0
Revue Mezkal par Kevan Stevens et Jeff


Norma Editorial nous présente le Mezkal, créé par un homme qui croit avoir trouvé le paradis, mais qui a en réalité trouvé l’enfer.

Norma Editorial nous présente une fois de plus la bande dessinée super rentable, Mezkal, avec le scénariste Kevan Stevens et Jeff. L’histoire d’un homme qui s’enfonce dans les cachots de l’enfer à la recherche du paradis.

Vanka Darmont est un jeune homme de Chicago qui a mené une vie très malheureuse après que son père l’ait abandonné lorsqu’il était enfant. Il a un travail non rémunéré et un patron qu’il déteste, une mère alcoolique qui rechute à plusieurs reprises et des rêves récurrents qui ne le laissent pas se reposer. Le rêve s’est réalisé au Mexique, un pays où notre personnage principal aime aller. Le jour où sa mère s’est suicidée, le jeune homme a tout quitté et est parti pour le Mexique, avec une vieille guitare dans sa valise.

Une périlleuse odyssée pour atteindre son rêve commence ici, car les zones qu’il traverse sont pleines de dangers et le voyage peut se terminer sur n’importe quelle route. Aux côtés d’une grand-mère éclairée aux chandelles, d’un petit-fils aveugle et d’une petite-fille, Vanka survit autant qu’il le peut grâce à la guitare qu’il joue jusqu’à ce qu’il rencontre une étrange famille qui s’intéresse à la romance.

Il semble enfin avoir réalisé son rêve de bonheur, mais soudain, il se retrouve impliqué dans toutes sortes d’ennuis avec des gangs, des motards, des trafiquants, des proxénètes, la DEA et tous ceux qui possèdent une arme automatique au sud du Rio Grande. . Sa vie change complètement lorsqu’il croit avoir trouvé le paradis alors qu’en réalité il descend dans les profondeurs de l’enfer.

Il était une fois au Mexique

L’histoire elle-même ne semble pas venir d’un autre monde, une personne perdue dans sa vie commence un voyage de découverte de soi. Et il semble qu’il ait trouvé un endroit pour être heureux, voire aimer, mais lorsqu’il rencontre des personnes dangereuses, tout disparaît. Ici commence une nouvelle aventure que l’on décrit comme un mélange de Tarantino, Machete, Desperado ou encore Mad Max. Beaucoup d’action, de sang et de violence, mais aussi un peu d’intelligence et de mystère qui laisse le lecteur se demander ce qui se passe. Tout tourne autour de Vankan et de ses intérêts amoureux, mais aussi du monde criminel au-delà de Grand River, même si cela ressemble parfois à une vision du crime hollywoodien.

Le scénariste Kevan Stevens crée une œuvre qui passe de moments sérieux à des moments dramatiques en quelques secondes. Beaucoup de choses semblent décousues, mais cela maintient le lecteur intéressé par ce que sera la prochaine chose folle. De plus, le scénario cache plus de profondeur qu’il n’y paraît à la première lecture. En revanche, un lecteur plus avisé remarquera de nombreuses références culturelles. Mentionnez que la fin pourrait être un peu déroutante.

La partie de l’image est l’œuvre de l’artiste Jeff, qui, comme son partenaire, réalise des croquis de dessins animés plutôt que des dessins plus « sérieux » ou des touches réalistes. Malgré tout, le ton de la comédie lui convient à merveille et ne dépare pas, au contraire, il rend l’histoire encore plus folle. Le personnage frise le dessin animé, mais avec des motifs distinctifs faciles à identifier. La gamme de couleurs est époustouflante et vibrante, créant un grand contraste, mais s’adaptant également très bien à l’histoire.

En général, nous sommes confrontés à un ouvrage qui crée de nombreuses opinions qui divisent parmi les lecteurs. L’histoire et l’image sont quelque peu exagérées, de sorte que plus d’une personne sera rebutée de ne pas trouver cela trop bizarre, tandis que d’autres se lanceront directement dans la blague pour la même raison. Nous sommes confrontés à une tâche qui ne laissera pas le lecteur indifférent.

Édition Norma Editorial Mezkal

Norma nous ramène la bande dessinée européenne à couverture rigide de 22 x 29 cm avec un total de 188 pages couleur. L’éditeur a fait un excellent travail d’impression, de la mise en page à la qualité des pages. Vous pouvez obtenir le son pour 38 euros.

Mezkal est une blague qui ne laissera personne indifférent. Une histoire et une image étonnantes qui combinent les films de Tarantino, Machete, Desperado et Mad Max. Un ouvrage fascinant qui demande l’attention du lecteur pour comprendre tout ce qui se passe, mais qui peut facilement être apprécié par les absurdités qu’il montre.

Il est enregistré

Jeff, Kevan Stevens, Mezkal, Norma ÉditorialJeff, Kevan Stevens, Mezkal, Norma Éditorial

Auteurs : Kevan Stevens | Jeff

Éditeur: Norma Éditorial

Format : Relié

Dimensions : 22 x 29 cm

Pages : 188 en couleurs

ISBN : 978-84-679-6663-3

Prix ​​: 38,00 €

Résumé : Un voyage artistique plein d’action et sans précédent au cœur du Mexique

Vanka Darmont mène une existence malheureuse à cause du travail, des dettes et de l’alcoolisme de sa mère. Finalement, il décide de tout envoyer en enfer et de quitter Chicago pour vivre au Mexique afin de réaliser son rêve. Cependant, une fois arrivé, les choses ne sont pas ce qu’il pensait et son rêve se transforme en un cauchemar de balles, de drogue, de chamanisme, de motards, de tueurs, de trafiquants de drogue et d’agents de la DEA.

Le scénariste Kevan Stevens et le brillant illustrateur Jeff créent l’odyssée lysergique d’un homme à la recherche du paradis, qui finit par plonger dans les gaz de l’enfer.

0:00
0:00