Revue des chefs-d’œuvre de Marvel. Daredevil de Frank Miller et Klaus Jansen 1 sur 4

0
18
 Revue des chefs-d'œuvre de Marvel.  Daredevil de Frank Miller et Klaus Jansen 1 sur 4


Frank Miller et Klaus Janssen commencent leur parcours avec Daredevil dans un volume de luxe publié par Panini Comics.

Tout au long de l’histoire de Daredevil, de nombreux auteurs ont laissé une marque indélébile sur le personnage. Vous pouvez parler de Brian Michael Bendis, d’Ed Brubaker et de Mark Waid, mais sans aucun doute, les auteurs qui ont élevé le niveau des personnages dans leur œuvre sont Frank Miller et Klaus Jansen. Panini Comics rassemble désormais son long parcours en quatre volumes, dont le premier est publié sous le titre Marvel Masterpieces. Daredevil de Frank Miller et Klaus Jansen 1 sur 4.

Daredevil, Frank Miller, Marvel, Marvel Comics, Panini Comics

Entrée sur la grande scène

Certains lecteurs sans méfiance pourraient être surpris d’ouvrir ce volume et de trouver une liste d’auteurs plus longue que les cheveux d’Alan Moore. Et certains d’entre eux étaient célèbres à la fin des années soixante-dix : Jim Shooter, Gerry Conway, Gil Kane, Bill Mantlo, Carmine Infantino, Gene Colan, Mary Jo Duffy ou George Tuska entre autres. Mais les noms de Miller et Jansen ne font pas partie des principaux responsables de la voix, leur rôle a été pris pour participer à quelques cas (Miller dans un Daredevil et deux de Spiderman, Janson dans neuf Daredevil).

Mais comment ça se passe ? Cela ne devrait-il pas être le début d’une série de ces deux monstres dans la série originale des Gardiens de la Galaxie ? Eh bien, en fait, les premiers numéros sont là, mais il n’y a sûrement pas d’autre moyen de voir l’essence de ce contenu que l’introduction à la plateforme légendaire qui a changé le personnage pour toujours.

L’histoire est bien connue. La série n’a pas eu les meilleurs résultats et cela s’est remarquable en termes de ventes. Il était temps de prendre des décisions difficiles et il n’y avait pas d’autre choix que d’annuler l’idée originale, et la seule chose qui est venue à l’esprit des dirigeants de La Casa de las Ideas a été de confier la série à deux jeunes prometteurs qui avaient déjà travaillé dessus. série, et le reste appartient à l’histoire. Mais pour comprendre ce que ce couple a fait du personnage, il faut savoir où il se trouvait à ce moment-là. Et il est intéressant de lire ces chiffres, de les comparer et de voir comment le niveau a atteint un niveau stratosphérique.

Daredevil, Frank Miller, Marvel, Marvel Comics, Panini ComicsDaredevil, Frank Miller, Marvel, Marvel Comics, Panini Comics

On ne peut y aller que de bas en haut

Il n’y a rien de mal à dire sur les chiffres du département graphique. Dans de nombreux cas, non seulement cela, mais en restant fidèle à l’esthétique de l’époque et comme John Romita Sr. Certains des chiffres selon lesquels les personnes qui n’ont pas atteint ce qu’ils ont fait mais qui jouent encore dans cette ligue se distinguent par cet aspect. Cependant, les scripts ne sont pas à la hauteur…

Aujourd’hui, Daredevil est plus qu’établi et son personnage devrait être basé sur des prémisses familières et acceptées liées à son catholicisme et à son passé. Mais avant que Miller et Janssen n’assument le personnage, il ressemblait plus à un Peter Parker aveugle qu’au héros tragique que nous connaissons aujourd’hui.

Dans ces numéros, principalement une série de chapitres de type monstre de la semaine, nous voyons nos héros faire face à des problèmes qui pourraient aujourd’hui être considérés comme un peu fades. Garder un équilibre entre empêcher un criminel de détruire la moitié de la ville et être en retard à un rendez-vous peut être un défi, mais Matt Murdock doit faire face aux complications d’être aveugle et de prétendre qu’il ne remarque pas mieux son environnement que lui. . Ça oui, reste il y a des situations vraiment cocasses.

Surtout (pire) à cet égard, c’est lorsque Bullseye est sur le point de cambrioler une bijouterie en civil avec une balle de golf (wtf ?) et que Matt essaie de l’arrêter. Lorsque la police arrive sur les lieux et lui demande d’expliquer pourquoi il a attaqué le méchant s’il n’a (encore) rien fait, Matt n’a d’autre choix que d’affirmer que sa voix semble effrayante.

La vérité est que nous n’obtenons pas le ton brillant et joyeux des histoires originales des personnages de Stan Lee et Bill Everett, mais nous obtenons tout l’esprit de cette époque. Ceci combiné à un ton très mature (les années 80 étaient à nos portes) donne lieu à des intrigues parfois insupportables.

Daredevil, Frank Miller, Marvel, Marvel Comics, Panini ComicsDaredevil, Frank Miller, Marvel, Marvel Comics, Panini Comics

Bullseye commence à briller

Et malgré tout, nous trouverons de nombreuses raisons pour lesquelles la lecture de ce volume ne devrait pas être inutile. En plus d’être un début important pour ce qui va arriver avec Miller et Jansen, nous voyons ici la première apparition d’un personnage de la légende de notre protagoniste, Ben Urick, un journaliste. Ses plus grands et plus honorables ennemis : le Bullseye susmentionné.

Dans l’univers Marvel (et avant cette période effrayante dans la bijouterie), ce sera l’histoire de Gil Kane dans la lutte contre ce méchant à ses jours de gloire. Miller en a bien pris note pour utiliser ce bon vieux Lester dans l’un de ses moments les plus épiques : lorsqu’Elektra est poignardée par Sai et qu’elle est sans vie (pas pour longtemps).

Et le dernier point en faveur de ce volume est que les crayons de Miller, travaillant en tant qu’artiste invité à la fin, font plus que tout partie de la série des wall-crawler. Pour la première fois avec Daredevil. A cette époque, le style de l’artiste n’avait rien à voir avec ce que l’on voit, bien des années plus tard, dans les œuvres qui restent dans l’histoire de l’art du IXe siècle…

Publié en couverture rigide par Panini Comics, il contient 360 pages couleurs mesurant 17 x 26 cm. et l’édition américaine des numéros 144 à 158 de Daredevil, le numéro 43 de Marvel Premiere et les numéros 27 et 28 de Peter Parker, The Amazing Spider-Man, ainsi que les numéros de toutes les couvertures inclus, une introduction de Roger McKenzie et une belle section d’extras à la fin. Il est proposé au prix public conseillé de 42 € et sera mis en vente en mars 2024.

Les chefs-d'œuvre de Marvel.  Daredevil de Frank Miller et Klaus Jansen 1 sur 4Les chefs-d'œuvre de Marvel.  Daredevil de Frank Miller et Klaus Jansen 1 sur 4

Les chefs-d’œuvre de Marvel. Daredevil de Frank Miller et Klaus Jansen 1 sur 4

L’auteur le plus influent de l’histoire de Daredevil ferme le premier des quatre volumes destinés à retrouver ses débuts à la fin d’une mini-aventure, avec Klaus Janssen comme principal collaborateur.

Une composition historique qui permet de connaître l’état de Daredevil tel qu’il était avant l’arrivée de Frank Miller et d’assister à sa présence au premier rang.

Il comprend le retour de la chouette, de la cible ou de la veuve noire. Il comprend également la première aventure comique de Spiderman où Frank Miller a eu l’occasion de dessiner Daredevil.

Auteurs : Bill Mantlo, Carmine Infantino, Gene Colan, Gil Kane, Jim Shooter, Roger McKenzie, Frank Miller, Klaus Jansen, Lee Elias, Gerry Conway, George Tuska, Frank Robbins et Mary Jo Duffy.