DC Comics a suscité une controverse sur l’utilisation de l’IA sur certaines couvertures.

0
12
dc comics


DC Comics remplace les couvertures après avoir été accusé d’utiliser l’IA, mais est-ce que tout est clair ?

Dans le monde trépidant de la bande dessinée, la controverse n’est pas étrangère, surtout aujourd’hui, la technologie de l’IA est à la pointe de chaque nouvelle création. Récemment, DC Comics s’est retrouvé dans l’œil du cyclone lorsque des allégations ont fait surface selon lesquelles les couvertures de certaines de ses bandes dessinées populaires pourraient être alimentées par l’intelligence artificielle, une notion qui contredit l’art graphique.

Réponse immédiate

Jingxiong Guo, connu artistiquement sous le nom de Daxiong, a été contraint de défendre sa méthode artistique traditionnelle après avoir été critiqué sur les réseaux sociaux pour son travail sur les couvertures de Shazam, Wonder Woman et Power Girl. Il a répondu via sa page Instagram, où il a montré ses compétences en publiant des croquis faits à la main et a réfuté les allégations avec des preuves concrètes de ses compétences.

DC Comics, conformément à sa politique de longue date, souligne que tout art doit être original et créé par des artistes sans assistance automatisée. “Nous enquêtons sur les détails de cette situation”, a déclaré un porte-parole de DC, ajoutant qu’ils prendraient des mesures pour garantir que leurs normes restent intactes.

À la suite de cette controverse, les couvertures controversées ont été supprimées et remplacées par des artistes tels que Dave Johnson, Dan Panosian et Cooley Hamner. Ces changements reflètent non seulement la réponse de DC aux crises émergentes, mais également son engagement à maintenir l’intégrité artistique de sa gamme de bandes dessinées.

DC drôle

La perspective de Daxiong

Dans une interview avec le YouTubeur Vinicius de 2quadrinhos, Daxiong a raconté son expérience : « Je n’ai pas utilisé l’IA dans mon travail. J’ai toujours été dans la peinture à la main. Malgré son ouverture à la technologie, il a déclaré que son approche était profondément traditionnelle et a souligné que la controverse ne signifiait pas que l’utilisation de l’IA dans son art était prouvée.

Daxiong et DC ont jugé nécessaire de modifier les couvertures non seulement pour éviter les doutes, mais aussi pour éviter des effets négatifs sur les ventes. Daxiong a déclaré à propos du changement : « Cela ne signifie pas qu’il est confirmé qu’il s’agit du travail d’AI. La décision a été prise dans le but de protéger la réputation de l’éditeur et de lui-même.

DC Comics

Le nouveau visage de la bande dessinée

De nouvelles couvertures comme Power Girl #10 de Dave Johnson et Wonder Woman #10 de Dan Panosian promettent de perpétuer la tradition de la narration visuelle captivante, tandis que Shazam #12 de Cooley Hamner ouvre la voie à des aventures plus énigmatiques. Ces numéros devraient sortir tout au long du mois de juin 2024, offrant aux fans de nouveaux classiques de l’art et des récits passionnants.

Cette scène de la saga DC Comics ne parle pas seulement des défis liés au maintien de l’authenticité dans un monde numériquement avancé, mais aussi de la valeur incommensurable de l’ingéniosité humaine qui reste au cœur des histoires que nous aimons et aimons même à l’ère de l’IA. suivre La technologie fournit peut-être des outils, mais l’esprit de créativité réside toujours dans l’humanité des artistes.

La controverse sur l’utilisation de l’IA dans la création artistique continue de diviser la communauté créative. Certains voient l’intelligence artificielle comme un outil permettant d’améliorer la créativité, tandis que d’autres craignent qu’elle ne remplace la touche humaine qui caractérise le véritable art. Ce débat est intensifié par les progrès de la technologie, qui fournissent des résultats de plus en plus sophistiqués qui remettent en question la paternité et les idées originales. L’IA peut-elle être considérée comme un contributeur légitime au processus créatif, ou sera-t-elle toujours considérée comme une menace pour l’intégrité artistique ?