La série animée de Batman et ses 10 moments est impossible à amener au cinéma.

0
51
Batman


La série animée Batman nous a laissé des scènes inoubliables qui ne peuvent pas être capturées sur grand écran.

Le contenu de Batman a été capturé sous diverses formes au fil des ans, mais certains moments de la série animée Bat ne peuvent pas être reproduits au cinéma. Non seulement cette série a ajouté au canon de Dark Knight avec des personnages comme Harley Quinn et M. Freeze qui ont des histoires tragiques, mais elle nous a également offert des moments qui seraient ennuyeux en dehors du format animé. L’animation sera-t-elle la véritable Batcave de ces joyaux narratifs ?

L’inévitable séquence d’ouverture : La série, sans besoin de dialogue, nous plonge dans le monde sombre de Gotham, que le cinéma, avec sa réalité naturelle, ne parvient pas à égaler. L’entrée de la série est le microcosme parfait que représente Batman, et c’est là que l’animation joue ses meilleures cartes.

Baby-Doll and Her Twisted Childhood: The Tragedy and Madness of a Baby-Doll nous présente une scène inoubliable qui s’appuie sur le style artistique unique de la série pour raconter une histoire, en chair et en os, qui perd son puissant impact émotionnel. . Le cinéma traduit-il cette complexité avec la même habileté ?

Sewer Master’s Reign of Darkness : Bien qu’il ne soit pas l’épisode le plus acclamé, Underclassmen montre le courage de la série en mélangeant des épisodes fous avec des thèmes sombres, ce que la nature rigide du cinéma ne peut pas toujours permettre. C’est dans ce contraste entre le comique et l’obscurité que la série brille vraiment.

Batman se déguise en Killer Croc : Got ‘Im Almost est une série de méchants qui partagent une histoire, culminant avec le déguisement de Batman en Killer Croc. Ce rebondissement serait un défi pour toute production cinématographique en raison des limites du maquillage et des prothèses.

Adaptation cinématographique, Bat-univers, Gotham, DC Icons, Série animée Batman

Tribute to Adam West : Episodes of Grey Ghost n’est pas seulement un hommage à la série télévisée Batman, mais aussi au regretté Adam West. Cette rencontre entre deux époques chauves-souris est un moment intemporel qui, pour des raisons évidentes, ne peut être transposé au cinéma.

Batman fait face à sa peur la plus profonde : Sans peur de rien, Batman fait face à sa peur intérieure Grâce à l’épouvantail, un conflit psychologique mis en évidence dans le surréalisme animé, n’aura peut-être pas le même effet dans la réalité cinématographique réaliste.

A Journey into the Wild West with Jonas Hex: The Show minimise la présence de Batman et nous emmène dans l’histoire de cow-boy sur la façon dont il a pu explorer des territoires où le cinéma en série n’ose pas fouler.

Le plan le plus absurde du Joker : Le poisson qui rit combine le joker avec le méchant d’une manière cinématographique défiant la gravité.

Android en crise d’identité : His Silicon Soul nous entraîne dans la science-fiction avec une version cybernétique de Batman, un concept peut-être trop futuriste pour le grand écran, Batman étant généralement ancré dans une réalité familière.

Legends Across Decades : The Dark Knight Rises utilise l’animation pour rendre hommage aux différentes époques de Batman, ce à quoi le cinéma n’a pas réussi à rendre justice avec sa nature monolithique.

Adaptation cinématographique, Bat-univers, Gotham, DC Icons, Série animée Batman

Grâce à sa flexibilité et sa liberté créative, la série animée The Dark Knight parvient à présenter des aspects de son héros et de son univers que le cinéma, avec ses conventions et ses limites inhérentes, ne pourra probablement jamais imiter. Ces moments mettent en valeur non seulement la force du médium animé, mais aussi la richesse du récit de Batman, qui trouve souvent sa meilleure expression dans l’ombre de Gotham. L’animation est-elle la bonne Batmobile pour des histoires qui exigent une liberté que le cinéma ne peut offrir ?